Économie Finance

Les bonnes raisons de souscrire à un PER en 2022

Différents plans d’épargne retraite existent actuellement. Ils n’offrent pas les mêmes avantages. D’un point de vue concret, le PER figure parmi les meilleurs produits d’épargne du moment. Il faut juste bien appréhender son principe de fonctionnement. Voici les bonnes raisons pour souscrire un PER en 2022 !

Bien préparer sa retraite

Pour mieux anticiper sa retraite, la souscription d’un PER reste la solution privilégiée. Il regroupe, en effet, un certain nombre d’avantages. Mis en place par la Loi Pacte, le PER est accessible à tous les français depuis le 1er octobre 2019. C’est une réelle innovation dans l’univers de l’épargne en France. En effet, le PER remplace les anciens produits retraites : Perco, Perp, Madelin et article 83. Il peut se scinder en trois grandes familles. Il s’agit, plus précisément, du PER individuel (PERIN), du PER d’entreprise collectif (PERCOL) et du PER d’entreprise catégoriel obligatoire (PERCAT). Dans tous les cas, ils permettent de préparer sereinement et facilement sa retraite.

Trois compartiments composent le PER d’entreprise Collectif. Le premier est dédié aux versements volontaires, et le deuxième aux versements issus de l’épargne salariale. Le troisième et dernier compartiment étant dédié aux versements obligatoires. Le PER met en avant une solution de gestion sécurisée et souple. De plus, différents scénarios sont possibles à la sortie du PER. Il est possible de récupérer l’épargne en cas d’accident de la vie : décès, invalidité, surendettement, liquidation judiciaire, etc. L’achat de la résidence principale permet également d’activer cette option de déblocage anticipé. Différents supports d’investissement sont compatibles avec le PER. Il s’agit généralement des unités de compte et des fonds en euros garantis.

Bénéficier d’une fiscalité attrayante

Il est vivement conseillé de recourir à un spécialiste PER avant de souscrire à ce produit d’épargne. Les avantages sont bel et bien réels, certes, mais il y a quelques pièges à éviter. Ils concernent notamment les PERINs. Les conseils avisés d’un expert qualifié valent de l’or. Il devient ainsi possible de réaliser ses objectifs patrimoniaux. En tout cas, la fiscalité du PER s’avère attractive. Les cotisations ou les primes qui y sont versées sont déductibles de ses revenus globaux. Elles sont déductibles jusqu’à 10% du montant net de l’ensemble des revenus d’activité déclarés au titre de l’année N-1. Bien entendu, elles sont nettes de cotisations sociales et de frais professionnels, dans la limite de 4 113 euros (jusqu’à 32 908 € en 2022.

Le plafond de déductibilité des cotisations étant fixé à 10% du montant net de ses revenus d’activité. En cas de sortie, l’épargne constituée reste imposable. Le taux d’imposition étant variable. Plus concrètement, il varie en fonction du mode de sortie et de l’option sélectionnée. A l’âge de départ à la retraite, l’épargnant récupère le capital. La part des versements, qui ont fait l’objet d’une déduction fiscale, est automatiquement soumise au barème de l’IR (hors plus-values). Les plus-values, quant à elles, sont taxées au PFU de 30% (dont 17,2% de prélèvements sociaux). Cerise sur le gâteau, la part des versements non-déduits est 100% exonérée d’impôt. En optant pour une sortie en rente viagère, si celle-ci est issue des versements déduits, elle est soumise à l’IR.